Bonjour,

Nous sommes le


vendredi 20 avril

11° Nuit claire
21.04.2018 24° 10°
22.04.2018 25° 11°
23.04.2018 22° 13°

Inscrivez-vous à
la newsletter

Vous avez
une question ?

L’UNION DES COMMERÇANTS DE COLOMIERS VEUT CHANGER LA DONNE.

L’UNION DES COMMERÇANTS DE COLOMIERS VEUT CHANGER LA DONNE.

Les commerçants sont conscients que localement c’est le dynamisme commercial et sa valorisation qui contribuent à créer ce petit plus qui vous donnera envie de rester en ville plutôt que de prendre la voiture pour faire vos achats, faire des kilomètres, subir les bouchons, supporter la foule et perdre de plus en plus de temps. Face à cet incontournable constat, l’UCDC (l’Union des Commerçants De Colomiers) ne baisse pas les bras, elle tient à continuer de proposer des actions pour vous séduire et faire découvrir à la plupart d’entre vous que la consommation locale et de proximité est une consommation de qualité, proche de vos envies et de vos demandes, avec des professionnels à votre écoute et disponibles, à deux pas de chez vous.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Côté tarifs, il est temps de dire adieu aux préjugés, ce n’est pas plus cher qu’ailleurs et bien au contraire, vous pourrez toujours trouver de bons plans ici ou là. Les offres des petits commerçants, gérant leurs propres boutiques, s’adaptent plus facilement à vos habitudes et à votre budget que celles d’une enseigne nationales. Un accueil unique, souvent à votre nom, de la considération et du choix, pour un client roi comme le veut l’adage. D’ailleurs, les commerçants préparent d’ores et déjà les fêtes de fin d’année. Ballades à calèches, photos avec le Père Noël, c’est toute la famille qui sera mise à l’honneur. De nombreuses enseignes participeront à cette initiative commerciale… Et pour tous les chanceux qui viendront faire leur shopping en ville, vous constaterez qu’il est bon pour vous et pour votre porte-monnaie de consommer à proximité !



Le commerce local et nécessaire et pourtant menacé ?

L’exode commercial est un sujet préoccupant qui touche 80 % des villes de toutes tailles, une fuite régulière des petits commerces de proximité et locaux du centre-ville vers la périphérie et ses galeries marchandes. Hors Paris et une douzaine de grandes villes, le taux d’inoccupation des locaux commerciaux et son turn-over n’ont cessé de se multiplier depuis quelques années. Declin fatal ? Et si cette tendance perdurait, quel serait alors l’avenir de nos centres-villes ?

Un peu d’imagination… A quoi ressemblerait une rue, un quartier, une ville sans commerce de proximité ? Tout simplement à un dortoir, un lieu d’habitation plus que de vie, avec des possibilités réduites de contacts, bref, un manque de lien social…

Maintenant, imaginez l’inverse : quoi de plus agréable que de flâner dans le centre de votre ville, de votre quartier, à deux pas de chez vous, et chemin faisant, de s’arrêter faire quelques emplettes… Boulangerie, boucherie, primeur, fleuriste et pourquoi pas coiffeur, institut, parfumerie, opticien, boutique de vêtements, de chaussures, d’accessoires en tout genre… Bon nombre d’enseignes qui sont souvent synonymes de qualité, de proximité et surtout d’accueil personnalisé. Toujours chemin faisant, poursuivez votre balade en vous arrêtant boire un café, prendre un repas…

Vous ne visualisez pas ? Pour les plus pragmatiques d’entre vous, transformer en ballade-plaisir ces obligations de la vie courante que sont les visites à la banque, chez l’assureur, à la pharmacie, chez le médecin et finissez par la salle de sport ou la sortie ciné. Voilà ce que permet votre commerce de proximité. Une chance de toujours avoir à portée de main, sans avoir à faire des kilomètres, tous ces services, commerces et institutions.

Les uns ne vont pas sans les autres… Et du bon fonctionnement de certains va le maintien des autres et vice et versa. Mais voilà, malheureusement tous ces moments pourraient s’estomper bientôt. Certains diront que le commerce de proximité est en voie de disparition, comme si c’était une fatalité. Et nous savons que les répercussions de l’exode commercial des centres-villes vont bien au-delà d’une simple devanture fermée ou d’un médecin à consulter dans la ville à côté. Si la ville se désertifie de tout ce qui fait son dynamisme et contribue à créer l’art du vivre ensemble, en quoi serait-elle différente d’une cité ou d’un dortoir? Au lieu d’espérer que cela n’arrive pas, n’avons-nous pas un rôle à jouer également?

Cette migration des clients vers les centres commerciaux de périphérie ou même vers l’e-commerce ne vient pas d’une image péjorative des petits commerces traditionnels. Bien au contraire, le commerce de proximité est de plus en plus considéré comme un générateur de relations humaines, d’originalité et de personnalisation de l’acte d’achat dans une relation avec un vrai professionnel. A quoi bon créer des parkings, favoriser les aménagements urbains et l’implantation de nouveaux commerces si nos habitudes de consommation ne changent pas ?

Et pour consommer des produits de proximités, pensez aussi à faire un tour dans les différents marchés !